mercredi 4 janvier 2017

ALEJANDRO ESCOVEDO ~ Burn Something Beautiful [2016]


Hé, lisez-moi ça, c’est pas beau écrit ainsi : "I got a sunday morning feeling in the middle of a saturday night !"
Bordel, que n’y ai-je pensé plus tôt, c’était ce truc-là qu’il me fallait l’autre jour, je ne sais plus lequel… dimanche, c’est ça, pour la Perfect Week. Surtout que depuis quelques années, Alejandro forme avec Chuck Prophet le duo le plus classe de la galaxie, "Chuckie" écrit (et gratte), Alejandro chante et gratte (et écrit). Et tout ça avec qui aux manettes ? Tout juste Auguste, l’Auguste euh l’illustre Visconti, Tony de son prénom. Enfin, à mon avis, c’est plutôt Antonio, mais vous voyez l’idée, c’est le principal. Donc, en fait, je recompte, on a bien un trio. C’est vous dire, au passage, si je guette toujours ce qui se passe du côté de l’axe Frisco/Austin. Ouais, parce que Chuck habite à San Francisco et Alex à Austin, faut tout vous expliquer. Habitait Austin en fait, un ouragan a récemment détruit sa maison, il a embarqué sa famille à Houston depuis, je sais que la géographie, ça vous intéresse… Autant vous le dire tout de suite, l’attente fut récompensée au-delà de mes espérances (c’te phrase de merde, ça quand je m’applique pas je m’applique pas…) Tout y est, le mélange glam-country-americana-punk, oui, monsieur, ça existe, les titres à double voire triple sens, les entrelacs de gratte (les QUOI ? non, mais t’es barré mon gars, bientôt on va avoir droit à "son dernier opus"…), les paroles chantés-parlés, les citations Thunders/Dolls récurrentes, les clins d’œil incessants et les heartfelt ballads qui rendent son dernier opus (putain, j’en étais sûr !) reconnaissable dès les premières notes. Y a même les hou-hou et les licks de guitare de… non, mais attends, c’est pas "Chuckie", là, pas Alex non plus, j’le reconnais quand c’est lui, qu’est-ce qui se passe ? Voyons, fais voir la pochette ! Naaaan, j’le crois pas (ah, voilà, tu vois quand tu t’appliques) plus aucune trace de Prophet ni de Visconti, c’en est fini de l’axe Frisco/Brooklyn (ouais parce que Tony, comme tous les Tony, il vient de Brooklyn, décidément ça suit pas …) ! Au lieu de ça, on a droit à Peter Buck, tiens, d’ailleurs, vous avez écouté ses disques solo à Peter Buck ? Non ? Ils sont étonnants, je vous les recommande. Peter Buck donc, qui s’en donne ici à cœur joie, compos-productions-guitares, débridé comme jamais, ce mec est un vrai punk faut le savoir, et puis l’entente avec Alex, on dirait qu’ils ne se sont jamais quittés ou toujours connus. Mais me direz-vous, c’est qui qui fait le troisième larron ? J’y viens… C’est le jeune Scott Mc Caughey, le mec des Young Fresh Fellows (c’est pour ça que je dis jeune, je sais pas son âge en fait). Mais si, vous savez, les YFF, auto-proclamés petit cousins des, comment ils s’appellent déjà… Replacements, c’est ça ! L’axe Minneapolis/Seattle, on voyage aujourd’hui, dites-moi. Mc Caughey, le filleul adoubé du fier parrain Westerberg ! La boucle est bouclée. En conclusion, je vous propose pour débuter 2017 l’un des meilleurs disques de l’année passée (il n’apparaîtra dans aucun classement "Best of 2016", je vous le parie) et vous, vous hésitez encore ? Naaaan, j’le crois pas !
Everett W. GILLES (Merci d'avance pour vos commentaires !)


01 - Horizontal
02 - Heartbeat Smile
03 - Sunday Morning Feeling
04 - Suit Of Lights
05 - Redemption Blues
06 - Shave The Cat
07 - Johnny Volume
08 - Beauty Of Your Smile
09 - I Don't Want To Play Guitar Anymore
10 - Beauty And The Buzz
11 - Luna De Miel
12 - Farewell To The Good Times
13 - Thought I'd Let You Know
MP3 (320 kbps) + Cover
Heartbeat smile with BM300


11 commentaires:

Keith Michards a dit…

Pour être totalement honnête, si tu n'avais pas mis la photo du gaillard avec sa foutue grosse guitare, sans doute que j'aurais zappé ce post… et putain, qu'est-ce que j'aurais eu tort !
Parce qu'avec ce genre d'engin (et un peu de talent !), on peut faire des merveilles.
Et ce disque en est une. Une de celle qui te reste collée aux baskets jusqu'à la Saint-Glinglin !
Méga thanxxx mister EWG et coucou au taulier (qui se la coule douce, comme d'hab !!!)

Everett W. Gilles a dit…

Un délit de belle gueule ? Et pourquoi pas ...
Escovedo a la classe, il la porte sur lui et ses disques suivent, bien évidemment !
Heureux de t'avoir fait découvrir ça et merci de ton passage.

Everett W. Gilles a dit…

... et si tu passes chez Marius tu verras qu'on n'est pas les seuls à être fans ...
http://canutbrains.blogspot.fr/2017/01/springsteen-e-street-band-alejandro.html

Jimmy Jimi a dit…

Hello Everett,
Je me demandais quand tu allais te décider à le poster, celui-ci. Heureusement, tu as été à la hauteur. Grande classe!

Hi Keith,
Je ne me la coule pas douce, j'ai encore posté, hier. mais c'est vrai que ce n'était pas vraiment un disque de dur à cuir!

Audrey Songeval a dit…

Wahou, on est le 04 janvier et tu as déjà réussi à caser Alejandro, Chuckie et Paulo dans le même papier... Moi je dis que c'est ma grande classe.

Bon, un nom que je connaissais (heu... ce serait pas de ta faute d'ailleurs) mais auquel je n'associais pas de musique. Ben voilà, c'est fait. C'est vraiment une musique où on ne se sent pas un terrain miné, on y rentre avec l'impression d'être chez soi parce qu'on apprécie le bon goût qu'on y découvre. J'aime bien les bibelots qu'il collectionne, j'ai les mêmes à la maison...

Par contre, dis-moi, en commençant l'année ainsi, tu es sûr de pouvoir tenir la cadence jusqu'au 31/12?

yggdralivre a dit…

je ne connais rien... je ne peux tjrs pas écouter de zic (oui je me plaindrai longtemps encore) je passe ici okazou, je me dis "je connais pas, passe ton chemin" (oui, j'emploie plusieurs pronoms pour moi-même des fois qu'on soit plus que prévu) et là, comme un naïf, je lis le petit texte (arf) d’accompagnement
et voilà que je râle, je peste,je ôvieillessennemie, tellement ça donne envie comme texte... bref, un de plus sur la liste...

Everett W. Gilles a dit…

@JJ : c'est vrai, je lui tournais autour depuis un petit moment, et ça s'est presque passé comme je le raconte ici. D'ailleurs je ne mens jamais ... Et merci pour le compliment, je sais que tu sais que je déteste ça !!
@Audrey : mais c'est une conspiration ! Y a plusieurs spécimens dans la famille, dont Sheila E de la galaxie Prince, c'est peut-être ça ? Sinon tu as trouvé le mot juste : bon goût. Tenir la cadence ? Y a des produits, plus ou moins légaux, pour ça (Chuck en sort un début février, je tremble déjà!)
@yggdra : ah oui non mais celui-là t'as pas le droit de faire l'impasse hein ! C'est pas moi qui le dis c'est Keith, Jimmy et Audrey. Et Springsteen, accessoirement ...
Thanx everybody !

Devant Hantoss a dit…

Je m'y suis abonné depuis un article de R&F 2012, comme quoi, en fouillant ils laissent encore de la place pour de vrais coups de coeur. Du coup je prends ton article qui va servir de préface géographique à ce bonhomme qui brasse bien faut dire. Avec lui je vais commencer à écouter avec plus d'attention cette musique qui évite les fioritures que j'aime pourtant tant (fallait l'écrire, hein? Celle là là) c'est sobre mais varié c'est pourquoi je tiens l'écoute sur l'album. Quand est ce qu'il aura l'idée d'écrire quelques titres pour les Stones, histoire de leur redonner envie d'écrire au lieu de... Et moi? Quand est ce que je vais aimer Tom Petty? Hein? En Live?
Bon, il est tôt.. un teaser à préparer à défaut d'un post...
Au fait, la toute première fois, l'artiste, c'est le nom qui m'avait botté. "Tu connais Alerrrrrrandro"? "Mais siiiiii, Escoviiiiiiiiiiiiiido (le I tonique)"

charlu a dit…

Whouahhh encore une découverte made in Evrett.. mais je suis noyé.. Peter Buck.. des REM ?? et Mc Caughey des Snow Patrol ?? mais Buck n'a pas été ds Snow Patrol aussi ?? on parle du même ??
Bon, en attendant, je vais plonger Alejandro illico.. thx

Everett W. Gilles a dit…

@Dev : une préface géographique ? Ca me va très bien. J'aime bien ton analyse, quant à Petty pour moi c'est parfois le Boss à la place du Boss (pour ce que ça vaut...), tu peux l'entreprendre où tu veux quand tu veux ça finira par rentrer !
@Cha : ah ben Snow Patrol j'connais pas mais Mc Caughey est réputé avoir participé à 150 projets différents, YFF et Minus 5 étant les plus ''connus''. Plonge, plonge, tu en ressortiras euh... mouillé ?
Thanx les kids

yggdralivre a dit…

bon... c'est pour le moins iconoclaste comme album... j'avoue avoir été surpris au réveil (enfin, presqu'au réveil) pas captivé, mais ce fut suffisamment incongru pour que je tente une seconde écoute sous peu, merci de la découverte